Thursday 31 July 2014
Communiqué de presse

Communiqué à l'issue du Conseil de Cabinet du Jeudi 25 Août 2011

Category: A la une

Le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Son Excellence Philemon YANG, a présidé ce jeudi 25 août 2011 à partir de 11h, à l’immeuble principal du complexe abritant ses Services, un important Conseil de Cabinet auquel ont pris part, outre ses proches collaborateurs, le Vice-Premier Ministre, Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, les Ministres d’Etat, les Ministres, les Ministres Délégués ainsi que les Secrétaires d’Etat.

L’ordre du jour de ces assises comportait trois points, à savoir :

1. un exposé du Vice Premier Ministre, Ministre de la Justice, Garde des Sceaux sur « le rôle de l’Etat dans la promotion et la protection des droits de l’Homme au Cameroun » ;

2. un exposé du Ministre de la Santé Publique sur « l’évaluation du programme d’installation des centres d’hémodialyse et d’imagerie médicale » ;

3. un compte rendu du Ministre de l’Enseignement Supérieur sur « les performances des élèves et étudiants des différents niveaux d’enseignement ».

Il ressort de la présentation du Garde des Sceaux que l’Etat est très impliqué dans la promotion des droits de l’Homme, activité qui renvoie aux actions favorisant leur respect et leur protection. Cette dernière consiste en un système organique et fonctionnel de réclamation et de réparation.

Dans l’ordre juridique camerounais, non seulement les principaux droits de l’Homme ont été insérés dans la Constitution pour une meilleure protection, mais encore l’Etat a mis au point un cadre juridico-institutionnel de promotion et de protection dont l’efficacité est avérée.

Le Vice Premier Ministre a ainsi relevé que le Cameroun a ratifié et internalisé la plupart des instruments universels et régionaux consacrés aux droits de la personne. Par ailleurs, les trois pouvoirs – exécutif, législatif et judiciaire – contribuent, chacun dans sa sphère de compétence, à la promotion et la protection des droits humains. Une Direction des droits de l’Homme et de la coopération internationale a été créée au sein de la Chancellerie, parallèlement à la publication, régulière, d’un « rapport annuel sur l’Etat des droits de l’Homme au Cameroun ».

Outre le Gouvernement, des organes indépendants oeuvrent en faveur de la diffusion et du respect des droits fondamentaux, à l’instar de la Commission Nationale des Droits de l’Homme et des Libertés et du Conseil National de la Communication. Les Cours et Tribunaux veillent quant à eux à ce que les éventuelles violations donnent lieu à une réparation adéquate, équitable et dissuasive, y compris par l’Etat et ses agents, une fois leur responsabilité établie. L’arsenal législatif camerounais met à cet effet à la portée des citoyens un ensemble de recours administratifs et juridictionnels. Et, conformément aux lois et conventions internationales, après épuisement des recours internes, l’Etat est partie aux procédures dites de communication devant les organes internationaux et régionaux de droits de l’Homme et, comme tout justiciable, applique les décisions qui en sont issues.

Au terme de cet exposé, le Chef du Gouvernement s’est félicité des mesures disciplinaires régulièrement prises par l’Administration pour sanctionner la violation des droits de l’Homme par ses agents. Il a du reste prescrit au Garde des Sceaux de communiquer régulièrement sur les nombreuses avancées enregistrées par notre pays dans ce domaine.

Les travaux se sont poursuivis avec le rapport du Ministre de la Santé publique, portant sur l’évaluation du programme d’implantation des centres d’hémodialyse et d’imagerie médicale dans les huit régions qui en étaient dépourvues, en exécution d’une décision du Président de la République de décembre 2007.

Revenant sur les motivations de ce programme, le Ministre a rappelé qu’il s’est agi de rapprocher les patients de ces technologies de pointe en matière de diagnostic et de soins.

Etalé sur quatre ans, ledit programme permet la construction de deux centres d’hémodialyse et deux centres d’imagerie par exercice budgétaire. Après son achèvement, avec la possibilité de traitement d’environ 600 patients, le Cameroun aura la meilleure capacité d’accueil d’Afrique francophone en hémodialyse.

Le Ministre de la Santé a par ailleurs fait part de l’opérationnalité des centres d’hémodialyse de Garoua et Bamenda et ceux d’imagerie médicale d’Ebolowa et Bertoua. En raison de problèmes techniques et budgétaires, les centres d’hémodialyse de Maroua et Buea et les centres d’imagerie médicale de Bafoussam et Ngaoundéré, dont la construction a démarré en 2010, entreront en service en septembre et octobre prochains.

En outre, la tranche 2011 de ce programme s’exécute convenablement, les contrats étant déjà signés et les travaux devant démarrer en septembre à Ebolowa et Bertoua pour l’hémodialyse, et à Garoua et Bamenda pour l’imagerie médicale.

La quatrième et dernière phase prévue en 2012 concernera Bafoussam et Ngaoundéré pour l’hémodialyse et Maroua et Limbe pour l’imagerie médicale.

Les centres fonctionnels ont déjà permis de dialyser 161 patients à Bamenda et 51 à Garoua. La capacité théorique du centre d’hémodialyse de Bamenda fixée à 48 malades est déjà dépassée, 72 patients étant régulièrement suivis.

Au chapitre des difficultés, le Ministre a mentionné les ruptures de stock de consommables, l’insuffisance de spécialistes, notamment en néphrologie, et les coupures d’électricité qui détériorent les appareils. Il a souligné que l’équilibre financier des centres d’hémodialyse demeure précaire, les patients n’acquittant que 5000 F CFA pour des soins évalués à environ 120.000 F CFA.

Le Premier Ministre a invité le Ministre de la Santé publique à prendre toutes mesures visant à assurer la continuité et la pérennité des prestations offertes par ces structures, à travers la mise en place de mécanismes innovants d’autofinancement et de maintenance des équipements.

La dernière présentation du Conseil, délivrée par le Ministre de l’Enseignement supérieur rendait compte des travaux du groupe de travail interministériel sur l’amélioration des performances académiques au Cameroun, mis en place lors du Conseil de Cabinet du mois de juillet 2011.

Il en ressort que les trois niveaux d’enseignement, primaire, secondaire et supérieur, visent des objectifs bien précis, dont l’atteinte pour chaque apprenant est évaluée dans le cadre de la certification des examens officiels. Comme l’ensemble du système éducatif, ces examens accordent encore beaucoup d’importance aux connaissances, qu’elles soient de base, fondamentales, spécialisées ou approfondies, et pas suffisamment au développement des compétences.

Le taux de réussite est en amélioration pour certains examens, dans un contexte de renforcement de l’articulation des niveaux primaire, secondaire et supérieur et de rééquilibrage entre l’enseignement général et l’enseignement technique, en faveur de ce dernier, en raison des diverses possibilités d’insertion professionnelle qu’il offre.

Le Ministre a indiqué que les investissements massifs consentis par les pouvoirs publics en vue de la densification des infrastructures académiques et l’amélioration du ratio enseignant/apprenants portent progressivement leurs fruits. Cependant, il conviendrait de les accompagner d’une réflexion approfondie visant à mettre résolument le système éducatif au diapason des objectifs stratégiques de l’Etat, contenus dans la Vision 2035 et le Document de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi (DSCE).

Le Conseil s’est achevé à 14h./-

Yaoundé, le

LE SECRETAIRE GENERAL

DES SERVICES DU PREMIER MINISTRE,

Jules Doret NDONGO


Discours
LE PREMIER MINISTRE
 
■ Biographie  
■ Interventions  
■ Rapports  
■ Collaborateurs  
■ Services du PM  
■ Historique des PM  
■ Ecrire au PM  
Gouvernement
  ■ Philemon Yang  
  ■ Amadou Ali  
  ■ Bello Bouba Maigari   
  ■ Laurent Esso  
  ■ Edgar Alain Mebe Ngo’o  
  ■ René Emmanuel SADI  
  ■ Pierre Moukoko Mbonjo  
  ■ Henri Eyebe Ayissi  
  ■ Zacharie Perevet  
  ■ Hele Pierre  
  ■ ABA SADOU  
  ■ Bakang Mbock Cathérine   
  ■ Essimi Menye Lazare  
  ■ Ama Tutu Muna  
  ■ Mbarga Atangana Luc Magloire  
  ■ Issa Tchiroma Bakary   
  ■ Jacqueline Koung à Bessike  
  ■ Basile Atangana Kouna  
  ■ Emmanuel Nganou Djoumessi  
  ■ Youssouf née Adjidja Alim  
  ■ Dr TAIGA  
  ■ Louis Bapes Bapes  
  ■ Jacques Fame Ndongo  
  ■ Alamine Ousmane Mey  
  ■ Michel Ange Angouin   
  ■ Philippe NGOLLE NGWESE  
  ■ Jean-Claude Mbwentchou   
  ■ Ismaël Bidoung Kpwatt  
  ■ Emmanuel Bonde  
  ■ Laurent Serge Etoundi Ngoa  
  ■ Biyiti Bi Essam Jean Pierre  
  ■ Abena Ondoa  
  ■ Tchuinte Madeleine  
  ■ Mama Fouda André  
  ■ Adoum Garoua  
  ■ Robert Nkili  
  ■ Grégoire Owona  
  ■ Patrice AMBA SALLA  
  ■ Peter Agbor Tabi   
  ■ Jules Doret Ndongo  
  ■ Ananga Messina  
  ■ Belinga Eboutou Martin  
  ■ Fouda Séraphin Magloire  
  ■ Hamadou Moustapha  
  ■ Atanga Nji Paul  
  ■ Mengot Victor Arrey Nkongho  
  ■ Philippe Mbarga Mboa  
  ■ Joseph Dion Ngute  
  ■ Adoum Gargoum   
  ■ Nana Aboubakar Djalloh  
  ■ Dooh Jérôme Penbaga  
  ■ Titti Pierre  
  ■ Joseph Le  
  ■ Emmanuel Ngafeeson  
  ■ Hayatou Alim  
  ■ Jean Baptiste Bokam  
  ■ KOUMPA Issa  
  ■ Fuh Calistus Gentry  
  ■ Nyetam Nyetam Hans   
  ■ Mefiro Oumarou  
  ■ NDONG SOUMHET Benoit  
  ■ Mounouna Foutsou  
DIASPORA
© 2010-2012 Services du Premier Ministre - Prime Minister's Office / Tous droits réservés - Powered by CAMTEL