samedi 25 octobre 2014
Vous ête ici :  Accueil >  Actualités
Actualité
[ 27.02.2012 ] [A la une]

Perspective de révision du Code électoral : Le corps diplomatique apprécie. Elecam et le CNDHL aussi

Auteur : Germaine Flore NGAH

En milieu d’après midi du 27 février 2012, le Premier ministre et son équipe ont repris les consultations entamées en matinée dans la perspective de l’élaboration d’un nouveau code régissant les élections au Cameroun. Le programme prévoit une demi-douzaine de missions diplomatiques accréditées à Yaoundé et deux structures spécialisées de l’Etat, Elecam et le CNDHL.

15 heures, cinq des six membres du corps diplomatique attendus arrivent à l’immeuble Etoile : L’ambassadeur des Etats-Unis au Cameroun Robert P. Jackson, l’Ambassadeur de France, Bruno Gain, le Haut Commissaire de Grande Bretagne, Bharat Joshi, l’ambassadeur d’Allemagne, Reinhard Buchholz et le Haut commissaire du Canada au Cameroun, Jean Pierre Lavoie. Ils ont répondu à l’appel du gouvernement.

Le Premier ministre, en leur adressant ses compliments leur a fait part de l’intention du gouvernement  de procéder au toilettage du code électoral. Tel est l'objet de ces consultations prescrites par le chef de l'Etat. Ils ont été appelés pour accompagner cette initiative et partager avec le Cameroun leur expérience en la matière.

Au sortir des échanges, S. E. Bruno Gain a salué la volonté du gouvernement d’essayer de remettre à plat le dispositif électoral. « j’ai eu l’occasion de dire aux autorités camerounaises que nous trouvons que la double décision qui a été prise d’une part de procéder à la refonte de l’ensemble des listes électorales plutôt qu’à un toilettage et d’autre part de regrouper dans un code électoral unique l’ensemble des dispositions relatives au processus électoral était une excellente nouvelle. C’est une bonne décision», a-t-il déclaré.

Le même son de cloche est venu de Bharat Joshi, lui qui a félicité le chef de l’Etat et le gouvernement pour avoir accepté ces consultations qui vont, de son point de vue, permettre d’améliorer le processus électoral national en capitalisant les leçons du passé. « C’est une étape importante et fondamentale pour l’avenir du Cameroun », a-t-il indiqué après avoir relevé que l’ancien code était bon mais perfectible. Plus précisément, la Grande-Bretagne soutient l’idée d’un bulletin unique comme elle l’a fait avec les inscriptions biométriques. Le diplomate britannique pense que le gouvernement doit rechercher des solutions sur plusieurs questions dans la perspective d’envisager un processus électoral qui reflète les avancées technologiques, les changements sociaux et les désirs profonds du peuple.

18 heures, le président de Elections Cameroun, Dr. Fonkam Azu’u fait son entrée dans la salle des Conseils de Cabinet où se tiennent les consultations. Il est venu seul écouter le chef du gouvernement qui lui a fait part de l’ambition du gouvernement d'améliorer le cadre juridique applicable en matière d'élections au Cameroun. Rappelons qu’Elecam est l’organe en charge des élections au Cameroun. Il a conduit la dernière élection présidentielle, non sans heurts et récriminations de toutes sortes. Après avoir écouté le Premier ministre, Fonkam Azu’u a promis de lui faire parvenir, par écrit, les propositions de l’organe qu’il préside.

Pour terminer cette première journée la Commission des Droits de l’Homme et des Libertés –CNDHL- a été reçue à la suite d’Elecam. Son président, Dr. Chemutah Divine Banda et sa suite ont été accueillis par le Premier ministre.

Au sortir de plus d’une heure d’échanges, tout en regrettant l’absence d’un projet de Code électoral sur lequel il aurait pu réagir avec plus d’efficacité, le président du CNDHL a fait l’économie de sa contribution au micro des journalistes. Pour l’essentiel, le CNDHL souhaite que la jeunesse soit amenée à participer dans une plus large mesure à la vie politique du pays. A cet effet, il propose de ramener l’âge de voter de 20 à 18 ans. Même si pour cela il faudra attendre que la constitution intègre cette suggestion pour qu’elle rentre en vigueur.

Demain, les consultations se poursuivent avec les partis politiques représentés à l’assemblée nationale, moins l’UDC et la société civile.


Plus de photos

Discours
LE PREMIER MINISTRE
 
■ Biographie  
■ Interventions  
■ Rapports  
■ Collaborateurs  
■ Services du PM  
■ Historique des PM  
■ Ecrire au PM  
Gouvernement
  ■ Philemon Yang  
  ■ Amadou Ali  
  ■ Bello Bouba Maigari   
  ■ Laurent Esso  
  ■ Edgar Alain Mebe Ngo’o  
  ■ René Emmanuel SADI  
  ■ Pierre Moukoko Mbonjo  
  ■ Henri Eyebe Ayissi  
  ■ Zacharie Perevet  
  ■ Hele Pierre  
  ■ ABA SADOU  
  ■ Bakang Mbock Cathérine   
  ■ Essimi Menye Lazare  
  ■ Ama Tutu Muna  
  ■ Mbarga Atangana Luc Magloire  
  ■ Issa Tchiroma Bakary   
  ■ Jacqueline Koung à Bessike  
  ■ Basile Atangana Kouna  
  ■ Emmanuel Nganou Djoumessi  
  ■ Youssouf née Adjidja Alim  
  ■ Dr TAIGA  
  ■ Louis Bapes Bapes  
  ■ Jacques Fame Ndongo  
  ■ Alamine Ousmane Mey  
  ■ Michel Ange Angouin   
  ■ Philippe NGOLLE NGWESE  
  ■ Jean-Claude Mbwentchou   
  ■ Ismaël Bidoung Kpwatt  
  ■ Emmanuel Bonde  
  ■ Laurent Serge Etoundi Ngoa  
  ■ Biyiti Bi Essam Jean Pierre  
  ■ Abena Ondoa  
  ■ Tchuinte Madeleine  
  ■ Mama Fouda André  
  ■ Adoum Garoua  
  ■ Robert Nkili  
  ■ Grégoire Owona  
  ■ Patrice AMBA SALLA  
  ■ Peter Agbor Tabi   
  ■ Jules Doret Ndongo  
  ■ Ananga Messina  
  ■ Belinga Eboutou Martin  
  ■ Fouda Séraphin Magloire  
  ■ Hamadou Moustapha  
  ■ Atanga Nji Paul  
  ■ Mengot Victor Arrey Nkongho  
  ■ Philippe Mbarga Mboa  
  ■ Joseph Dion Ngute  
  ■ Adoum Gargoum   
  ■ Nana Aboubakar Djalloh  
  ■ Dooh Jérôme Penbaga  
  ■ Titti Pierre  
  ■ Joseph Le  
  ■ Emmanuel Ngafeeson  
  ■ Hayatou Alim  
  ■ Jean Baptiste Bokam  
  ■ KOUMPA Issa  
  ■ Fuh Calistus Gentry  
  ■ Nyetam Nyetam Hans   
  ■ Mefiro Oumarou  
  ■ NDONG SOUMHET Benoit  
  ■ Mounouna Foutsou  
DIASPORA
© 2010-2012 Services du Premier Ministre - Prime Minister's Office / Tous droits réservés - Powered by CAMTEL